Autobiographie

       Je m’appelle Jonas, ayant pour total nom Bopda Tébou Jonas. Je suis né le 15 juin 1993 à Douala, c’est au Cameroun. J’ai fais des études générales : à l’école catholique Saint-Thomas de Béedi-Malanguè pour ce qui est du primaire ; au collège Dauphine II de la cité des palmiers pour ce qui est du secondaire, avec pour série A4 espagnol au second cycle ; et j’ai terminé à l’Université de Douala suite à l’obtention d’une licence en philosophie dans l’année scolaire 2012-2013. C’est suite à ça que j’ai décidé d’arrêter l’école, l’école de ce type. J’ai choisi arrêter l’école par amour pour Dieu, par amour de faire Sa Volonté, pour Le servir car Il m’a appelé.

         Déjà, depuis mon enfance, j’ai du respect pour Dieu. Pas pour dire que je n’ai pas péché ou que je n’ai pas fais de fautes, mais qu’étant pécheur, je n’ai pas choisi le péché et rejeté la justice ; ça ne m’a pas été égal d’avoir offensé mon Dieu ; étant convaincu d’avoir tort, je ne me suis pas enorgueilli de cela. Mais, ce qui est quand-même une faute, j’essayais parfois de m’acquitter dans mes raisonnements, chercher les raisons qui me justifient, qui accusent l’autre, et ça c’était à tort. Mais pour le cas où j’étais convaincu d’être dans le tort, ça ne m’était pas égal, mais c’est que j’étais faible.

         Depuis l’enfance donc, j’ai du respect pour Dieu. Mais, des temps forts de ma relation avec Dieu se sont suivis au long de ma vie. Je fixe la première date au 31 décembre 2009, dans la période où j’étais en classe terminale et qu’ayant de part le passé constaté des lacunes dans ma vie, je m’étais fixé des principes de vie que j’ai appelé le ¨perfectionnisme¨. C’était nuitamment ce jour là, dans une ¨église¨ catholique romaine de mon quartier : la paroisse Saint Jean-Marie Vianney. Cette partie de ma vie, notamment l’histoire de mon parcours scolaire, de l’obéissance et des transgressions du perfectionnisme, de ma relation avec Dieu et de mon grand amour pour une créature de Dieu : une femme, a été exposé dans mon deuxième livre rejeté et détruit : Darille ; écrit de manière contemporaine à l’histoire vécue. Depuis ce temps, mon respect pour Dieu, mon amour pour Lui et ma relation avec Lui grandissaient, et je grandissais aussi en sagesse, et naturellement en physique. A l’université, j’avais Dieu tellement dans la bouche que des camarades disaient ceci et cela de moi. J’avais aussi un ami, qui selon mon regard aimait aussi la justice, mais était musulman : Alassan Yaya.

         Il s’avère qu’en troisième année universitaire, dans le deuxième semestre (2013), suite à ce que j’avais entendu dire ci et là, notamment à l’école, j’avais décidé d’écrire un article à propos du point de vue de nos différents enseignants sur l’homosexualité. Puis cela avait changé et maintenant je pensais écrire un article que j’ai commencé par nommer ¨De la différence entre les religions et de la nécessité de se tourner vers Dieu¨.  Mais il est devenu un livre (De la religion), qui a fait 652 pages en fin d’écriture, que j’ai retravaillé pour moins de 300 pages jusqu’à son dépôt à MACACOS (Maison catholique de communication sociale) pour publication ; mais un livre que j’ai aussi rejeté, pas détruit puisqu’il est en fichier numérique et que je l’ai fais circuler avant de le rejeter.

         Par ailleurs, un autre temps fort de ma relation avec Dieu est qu’en ce temps là-  ce qui m’a d’ailleurs aidé à écrire De la religion-, je m’étais lancé dans la lecture de la Bible, qui dans le cas d’espèce est la Traduction Œcuménique de la Bible (T.O.B). Je la lisais en bien de temps, à la maison, à l’école (en heures de cours, en temps libre) ; je me rappelle même qu’un jour lors d’un exposé, il y avait eu une discussion entre un camarade exposant et moi à propos du décalogue, et j’avais brandi la Bible en main, et la conséquence de ce geste est qu’il eut beaucoup de bruits. Ça c’est juste un divers. Le plus profond est qu’un camarade du nom de Yamekieu -il se peut que le nom soit mal écrit mais il pourra être corrigé suite aux renseignements-, comme bien d’autres logiquement (puisque je ne me cachais pas pour lire la Bible), m’avais donc remarqué et m’avait interrogé à propos en salle de classe, et on s’était convenu d’en parler après, à la sortie. Et c’est de cette manière qu’à la sortie, on s’était mit à parler, débout. Malgré que la causerie avait prit un certain temps. Il me parlait de biens de choses visant à ce que je prenne le bon chemin. Quant-à moi, Dieu, je l’avais déjà choisi, voilà même pourquoi je lisais la Bible. Mais j’avais un véritable problème : de savoir si Dieu est contre la fornication car sur ce côté, je doutais. Mais je n’avais pas choisi ne jamais la faire jusqu’à ce que je sois certain du vrai et du faux, et d’agir selon ça. C’est que les pulsions sexuelles et l’attirance des femmes en moi causaient que j’avais vraiment envie de relations sexuelles avec des femmes, et ce désir était parfois très fort. Je lui avais posé la question et il m’avait dit que Dieu est contre ça et les autres immoralités sexuelles (adultère, masturbation, homosexualité, etc.) Je lui avais demandé l’illustration, on avait en parlé et lu, je me souviens de l’épitre aux Galates. C’est ça qu’il me fallait.

         Quand j’étais rentré à la maison ce jour là, vraiment chargé spirituellement, j’avais écrit dans un de mes cahiers nettement ceci : « Jeudi, 24 janvier 2013, je décide de donner ma vie à Dieu en le reconnaissant comme mon père, celui qui a la possibilité de m'offrir la vie éternelle; et j'accepte de pratiquer sa parole dans ma vie, de le témoigner et de me renier (mes désirs, mes passions) pour réaliser le projet qu'il a pour moi. Je sais que parvenir à vivre selon la volonté de Dieu est difficile, mais je sais aussi que je peux y arriver.» En effet, avant, j’avais déjà accepté Dieu, mais ce jour là et grâce à cet homme, j’avais accepté Dieu en tout : du genre que si Dieu avait à me dire va te bruler au feu, j’irai ; n’ai pas de femme, j’accepterai ; souffre, je souffrirai ; mais dans l’espérance que par Sa Bonté, c’est du bien qu’il allait me faire. C’est donc ça, et je tiens à te dire Yamekieu : merci, merci et merci au nom de Jésus-Christ. Tu as été par ce très bref moment une pierre angulaire de l’édifice de ma vie en Jésus-Christ. Et depuis ce jour, ce 24 janvier 2013, j’essaye de vivre dans la pleine Volonté de Dieu. Certes biens de fois je suis tombé, et je continue de tomber, mais j’espère au don de Dieu.

         Dieu m’a aidé, a augmenté ma connaissance, ma sagesse et mes œuvres, et voila qu’après avoir rejeté De la religion, le 15 septembre 2014, j’étais entrain de commencer à écrire Sagesse, visant à donner l’instruction aux Hommes et les ramener à Jésus-Christ le Chemin. J'ai publié ce livre en Avril 2015 par l'éditeur que Dieu m'a donné: Croix du Salut. Ensuite, en Mars 2015 j'ai commencé la rédaction d'un deuxième livre: Chercher le Royaume des cieux que j'ai publié en Août de la même année. Enfin, pour ce qui concerne le livre, j'ai écrit en septembte 2015 Oui à l'Eglise, non à la dénomination que j'ai publié un mois plus tard c'est-à-dire en octobre. C'est ce qu'il en est du livre. J'ai aussi écrit plusieurs articles et chants que je partage dans mes sites internet et blogs que j'ai créé toujours dans l'optique de la Moisson de Jésus-Christ à laquelle je travaille.

       J'avais en effet été attiré à me consacrer à la Moisson : ramener les Hommes à Jésus-Christ, non pas parce que moi-même je suis arrivé, ou que je connais trop, ou que je suis parfait, mais pour servir les autres, pour mettre à leur profit ce que j’ai, dans l’attente de leur donner davantage selon comme Dieu me donne aussi. Ma relation spirituelle a continué par un temps fort: le 27 avril 2016 où je me suis baptisé d'eau et j'ai ainsi intégré un communauté de chrétiens avec qui nous perséverons.

         Pour donc en conclusion vous adjurer que, si vous lisez que ce soit mon site www.delareligion.e-monsite.com , ou mon livre, ou mes écrits en général, prenez le dans cet objectif : amener et affermir les Hommes à Jésus-Christ. Croyez en Dieu, croyez que Jésus-Christ est Son Fils Unique, le Messie, le Sauveur des Hommes par Sa crucifixion, et Celui par qui vient le Salut de Dieu. Croyez que Sa Parole (l’évangile) est le chemin à suivre pour gagner en Son Nom le Royaume des cieux. Cherchez et accordez une grande place à l’Esprit-Saint dans votre cœur, dans votre vie, pour qu’Il vous guide, vous sanctifie, vous montre  et vous aide à faire la Volonté de Dieu suite à quoi vous serez sauvés ; vivez en amour des uns pour les autres, et gardez l’esprit en Dieu.[1] Cherchez à faire la Volonté de Dieu, livrez-vous à Lui. C’est ça que je vous conseille.

         Je vous avertis que le monde ira de mal en pis. Ne vous attendez donc pas à un monde paradisiaque, ou que des tas de foules se rangeront derrière vous pour chercher Dieu, pour vivre en Christ. Mais pensez à votre Salut personnel, cherchez le Salut des autres, aimez vos ennemis, priez pour ceux qui vous persécutent, ne haïssez personne car la haine ferme les portes à celui qu’on haït, même celle de la justice, dans le sens où lorsqu’on haït quelqu’un, on peut ne même plus avoir envie qu’il devienne juste, mais plutôt qu’il reste dans le mal, qu’il soit dans un état susceptible qu’on continue à le détester, qu’il soit maudit, qu'il périsse. Agissez donc selon cette exhortation (surtout cherchez l'Esprit-Saint pour vous guider, c’est Lui la Loi), et pour le reste, tout à Dieu. Je vous exhorte, je vous adjure, je vous aime. C’est au nom de Jésus-Christ que je le fais, Amen.

 

[1] Luc 21.34.36.